Rencontre à Jimilimé pour promouvoir le projet « Mwiri wangu »

Ils étaient une soixantaine, hommes et femmes, à prendre part à la réunion publique organisée par les ONGs Dahari et Initiative Développement (ID) dans le village de Jimilimé le 10 novembre 2018, honorés par la présence du maire et de son épouse. Cette réunion qui a eu lieu dans le cadre des activités de reboisement et de structuration de la filière bois-énergie, avait comme objectifs de présenter et promouvoir le projet “Mwiri Wangu”, effectuer un bilan des premières campagnes de plantation, annoncer les futures activités, mobiliser de nouveaux planteurs et fidéliser les bénéficiaires de l’année 2018.

La réunion a débuté avec une intervention du maire qui a commencé par remercier Dahari et ID d’avoir choisi la localité de Jimilimé pour la mise en place du projet « Mwiri wangu ». Le maire a reconnu sa « résistance au départ face au projet » mais après avoir « compris qu’on ne peut pas vivre sans arbre », selon lui, il l’a « finalement accepté ». S’adressant à la population de son village, le maire a rappelé les avantages liés à la plantation d’arbres, après avoir fait l’historique de Jimilimé, un village qui auparavant était couvert d’arbres contrairement à son état actuel. Raison pour laquelle, il a lancé un appel à la population de Jimilimé de s’approprier ce projet « Mwiri wangu » et de bien s’y investir pour l’avenir de leur région.

La présence du directeur exécutif de Dahari dans cette réunion a permis à l’assistance de mieux comprendre les activités de l’ONG dans le cadre du développement des Comores. Pour sa part, la responsable du projet a présenté ID, l’historique de l’ONG ainsi que ses activités au niveau d’Anjouan où elle s’est installée depuis 1996.

Ensuite a été présenté le projet « Mwiri wangu » our permettre à l’assistance de mieux le comprendre en vue de se l’approprier. Le directeur technique de Dahari a saisi cette opportunité pour le mettre en avant en insistant sur l’importance de voir la population de Jimilimé prendre part à ce projet pour le développement de la localité. Les membres de l’équipe ont par ailleurs présenté les raisons du choix de Jimilimé qui n’est pas un hasard et qui s’est basé sur plusieurs critères ayant poussé ces ONGs à s’y intéresser pour le développement durable de la zone. Il s’agit en particulier de l’aridité et de la dégradation du sol, de la présence des zones de « padza », de l’absence de projets sur la filière ylang-ylang, de la présence de producteurs et distillateurs d’ylang-ylang, et de la présence de nombreuses parcelles non clôturées, entre autres.

L’équipe a également insisté sur les avantages du projet « Mwiri wangu » qui se résument à la protection des ressources naturelles et de la biodiversité par la restauration des zones érodées qui permettront également aux producteurs d’améliorer les rendements agricoles et leurs revenus. Enfin, l’équipe a passé en revue les activités menées dans le cadre du projet au cours de l’année 2018 et a présenté les perspectives de 2019 pour mieux collaborer avec la population et s’organiser pour l’obtention de meilleurs résultats.

Les participants ont profité de l’occasion pour solliciter l’Etat afin de mettre en place des gardes champêtres en vue de protéger les forêts et demander à Dahari et ID un élargissement du projet qui n’est pas possible pour l’instant mais qui, à terme, reste un des objectifs des deux ONGs.

Pour la campagne de reboisement 2018, le projet s’est focalisé sur trois espèces demandées par les propriétaires de parcelles : le filao, le cassia et l’acacia. Au total, 3 764 arbres ont été plantés par 20 personnes sur 21 parcelles.

De mi-août à fin novembre, une campagne de plantation de boutures de gliricidia a permis à plus de 60 bénéficiaires de clôturer – en partie ou totalement – leurs parcelles. Plus de 15 500 boutures ont été distribuées et plantées.

En 2019, il est prévu une nouvelle campagne de plantation de 10 essences forestières et fruitières dont 3 essences dédiées à la restauration de padza. La pépinière sera ouverte à partir du 2 janvier jusqu’à distribution complète des plants. L’équipe espère maintenir et augmenter la mobilisation communautaire autour de ses activités de plantation et de formation, notamment par l’extension de la zone d’intervention à toutes les parcelles agricoles situées à Jimilimé.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire