Amélioration des connaissances techniques de multiplication végétative des espèces indigènes des Comores

Accompagner les producteurs partenaires pour améliorer leurs connaissances sur la multiplication végétative des espèces forestières indigènes des Comores, à croissance rapide et fruitières, tel était l’objectif principal de la formation sur la ˝technique de multiplication végétative et du suivi des pépinières˝ organisée par Dahari du 3 au 11 juillet à Adda et au Centre rural de développement économique (CRDE) de Mrémani.

Dans le cadre du projet “TCP/COI/3602 – Élaboration d’une stratégie nationale pour le développement du secteur agroforesterie” qui vise à promouvoir une agroforesterie adaptée au contexte des Comores, la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) a financé Dahari pour entre autre organiser la formation animée par Alain Tsobeng, spécialiste en domestication des arbres au bureau régional de l’Icraf (Centre international pour la recherche en agroforesterie) à Yaoundé au Cameroun. Les participants ont bénéficié tout d’abord d’une formation théorique sur l’introduction à l’agroforesterie, la création et la gestion d’une pépinière d’arbres agroforestiers, la multiplication générative et végétative, la plantation et la gestion des arbres, la construction d’un châssis d’enracinement et d’un châssis de rééducation. Puis, ils sont passés à la pratique pour le semis, le bouturage, le marcottage et le greffage. La formation a permis également de mettre à la disposition des participants un protocole de prélèvement et de suivi ainsi que les outils nécessaires au suivi des plants en pépinière et au niveau de la plantation.

Dix-sept personnes ont pu acquérir ces nouvelles connaissances en particulier des techniciens agricoles et de gestion de ressources naturelles terrestres de Dahari, des agents partenaires de l’ONG, notamment ceux de la direction de l’Environnement, de l’ONG Initiative Développement (ID), des techniciens des Centres régionaux de développement économique (CRDE) de Pomoni, Mrémani et Domoni ainsi que des membres des comités de gestion de l’eau.

La mise en place de cette formation résulte du fait que depuis 2015, Dahari a mené des actions de reboisement dans cinq sous bassins versants des villages d’Adda, Outsa, Ouzini et Lingoni. Le but : protéger les ressources naturelles importantes pour les communautés. Le constat fait par l’ONG montre que la presque totalité des parcelles qui se trouvent dans ces sous-bassins versants sont exploitées pour l’agriculture. Raison pour laquelle, des mesures d’aménagement et de gestion durable des bassins versants sont entreprises pour maitriser les problématiques liées à la gestion des ressources en eau, aux dégradations des terres et à la perte de biodiversité. C’est dans ce sens que Dahari s’est engagée avec l’appui de certains partenaires internationaux à accompagner les communautés et plus particulièrement les agriculteurs qui se trouvent dans ces sous-bassins versants, à reboiser leurs parcelles. Et puisque ces zones sont exploitées pour des activités agricoles, le choix des arbres doit être compatible avec l’aménagement des parcelles, la protection de l’eau, du sol et de la biodiversité.

C’est ainsi que Dahari priorise le renforcement des capacités de ses équipes et de certains de ses partenaires, sur les techniques de multiplication des espèces fruitières, à croissance rapide et forestières en leur permettant d’acquérir des compétences nécessaires pour réduire la perte des plants depuis la production dans les pépinières jusqu’à la plantation.

 

 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire