Des nouvelles des lémuriens !

Les lémuriens, appelés lémurs ou makis, présents principalement à Madagascar (espèce en voie de disparition) ont aussi trouvé leur bonheur sur les îles des Comores. Comme il n’existait pas – ou très peu – d’informations sur les makis de Anjouan et Mohéli, Dahari a souhaité lancer des projets de recherche sur ces animaux pour identifier leur population et leur distribution géographique.
En mai dernier, nous avons réuni l’équipe écologie pour qu’elle nous parle des derniers projets en cours et de leurs travaux au quotidien – qui ont pu voir le jour grâce au soutien de l’un de nos bailleurs, le CEPF (Critical Ecosystem Partnership Fund). Retour sur ce qui s’est dit…

Projet Transects

Les transects sont des lignes virtuelles ou physiques que l’on met en place pour étudier un phénomène où l’on comptera les occurrences. C’est une méthode efficace notamment pour l’observation des lémuriens.

3 objectifs avaient été identifiés pour ce traçage :
– Estimer la densité de la population des lémuriens
– Comprendre leur répartition géographique sur l’île
– Faire l’inventaire de la végétation d’Anjouan

Le traçage de 20 transects a été initié en octobre dernier sur toute l’île pour pouvoir faire les relevés de végétation à partir de novembre 2015.

Equipe écologie

Timeline du projet :

– Octobre 2015 : traçage des 20 transects.
A l’aide du logiciel Qgis, nous avons pu tracer sur ordinateur 20 transects parallèles entre eux et espacés de 5km. Arrivé sur le terrain, l’équipe a cherché le point GPS de départ des transects et a commencé à tracer des repères à la peinture tout au long du transect (distance totale : 1km)

– Octobre/novembre 2015 : Relevé de la végétation
Parallèlement à ça, il a fallu veiller à faire les relevés de végétation sur une largeur de 10m pour identifier toutes les espèces d’arbres dont le diamètre était supérieur à 5cm sur le périmètre défini.
Des quadrats* de 1m x 1m ont ensuite été identifiés tous les 30m pour voir s’il y avait des possibilités de régénération d’arbres forestiers sur la zone d’étude.

*Le quadrat est un carré ou rectangle, ou forme à quatre côtés, de surface fixée à l’avance. Il est utilisé dans l’écologie et la géographie pour isoler un échantillon.

L’idée étant de compter le nombre de semis (Plants provenant de graines semées), de sauvageons (jeunes arbres venus spontanément et sans culture et dont la hauteur est inférieure à 1.3cm), d’arbustes et d’espèces identifiées pour les noter dans une fiche de relevé. Si des espèces sont inconnues, l’équipe les photographie et les montre à un expert pour permettre de les identifier et avoir un état des lieux complet.
Pour compléter le relevé et passer à l’étape suivante, les équipes doivent prendre la hauteur de la canopée tous les 100m ainsi que la hauteur du plus grand arbre.

– Novembre/décembre : données GPS et enquêtes
Une fois le traçage et le relevé effectués, la méthode d’échantillonnage peut commencer.
Comment ? Les équipes ont donc marché à 3 reprises sur chaque transect pour compter le nombre de groupes présent et prendre leur point GPS.
Au-delà de cette mesure, l’équipe prend soin de noter le sexe, l’arbre sur lequel il est, ce qu’il mange, s’il est actif ou non, le nombre d’individus dans le groupe afin d’avoir des données complètes.
Il y a également des enquêtes menées auprès des paysans pour nous aider à comprendre la répartition géographique : ont-ils observés des lémuriens, si oui à quelle heure, étaient-ils actifs, combien de fois les ont-ils vu etc.

Lémuriens - Projet Dahari

Où en est-on aujourd’hui ?

10 groupes de lémuriens ont été détectés dans les transects installés en 2015.
Le programme pour la suite est donc d’analyser les données sur ces 20 transects afin d’en dégager les grandes tendances. Les équipes estiment qu’il leur faudra environ 3 mois pour la restitution.
Ces longs mois de terrain (les pieds de notre équipe écologie s’en souviennent encore) vont nous permettre de savoir si, ici aussi, l’espèce est menacée ou non, de connaître enfin l’effectif et la distribution, et quels sont les éléments dont nous disposons pour la conservation.

Lémuriens - Projet Dahari

Lémuriens - Projet Dahari Lémuriens - Projet Dahari

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire