Dahari lance la première expérience d’ensilage à Anjouan

Mercredi 22 Avril, dans le cadre de la formation donnée par le chercheur Paulo Salgado, nous avons réalisé une expérience d’ensilage au Centre Régional de Développement Economique de Salamani-Ngandzalé. Cette technique de conservation du fourrage permet de conserver les qualités nutritives de l’herbe.

 Qu’est-ce que l’ensilage ?

L’ensilage est une méthode de conservation du fourrage. Elle permet de fournir une alimentation constante aux animaux toute l’année. L’ensilage est la technique la plus difficile pour conserver un fourrage. C’est également celle qui conserve au mieux les qualités nutritives de l’herbe.
Le principe de l’ensilage est simple : en compactant le fourrage coupé en morceaux très fins, on chasse l’air environnant. Sans air, les bactéries lactiques, qui fonctionnent et se développent lorsque l’oxygène manque, abaissent le pH du milieu. L’acidité augmente avec le développement de ces bactéries. C’est cette acidité qui est recherchée pour conserver le fourrage des autres micro- organismes tels que les champignons et les bactéries. Par cette méthode de compactage, on passe ainsi d’un milieu où le pH est pratiquement neutre à un pH acide proche de 4.

L’expérience réalisée par Dahari

Le mercredi 22 avril, nous avons reçu le chercheur du CIRAD de Madagascar Paulo Salgado. Il a organisé une formation sur la technique d’ensilage au CRDE de Salamani-Ngandzalé, à laquelle ont pris part les membres de l’équipe terrain de l’ONG, ainsi que des invités parmi les autorités et les associations partenaires.
image011Inzou Ali, technicien supérieur en charge du site du CRDE de Salamani, explique : « Paulo nous a aidés à réaliser une expérience d’ensilage. Nous avons rassemblé dans une pièce du fourrage de variété bracharia, d’une maturité de 40 jours pour éviter à la fois l’humidité et la vieillesse du fourrage. D’abord, nous avons vérifié que son pourcentage de matière sèche soit bien compris entre 30% et 40%. En l’absence d’outils de mesure, nous avons évalué le pourcentage de matière sèche à la main. La technique consiste à serrer fort une poignée de fourrage : notre main doit être légèrement humide. Ensuite, nous avons coupé le fourrage en petits morceaux mesurant entre 0,5 et 2cm de longueur. Enfin, nous avons placé le fourrage dans des grands sacs et nous l’avons comprimé petit à petit par couches de 5 à 10 cm. La compression a été effectuée en piétinant et à l’aide de briques. Une fois le fourrage comprimé, nous avons fermé les sacs de la manière la plus hermétique possible. Nous pourrons ouvrir les sacs dans 30 jours, pour voir si l’expérience a fonctionné. »

image009Et la suite ?

Une fois que nous aurons ouvert les sacs, nous verrons si l’ensilage a fonctionné. Si le fourrage était trop humide, un fond liquide se formerait et provoquerait la pourriture de l’ensilage. S’il était trop sec, la compression n’aurait pas été suffisante et nous n’aurions pas une bonne fermentation.
Si l’ensilage a fonctionné, nous pourrons utiliser le fourrage pour l’alimentation des animaux dans le centre de démonstration. Ensuite, l’objectif est de vulgariser la technique pour les populations locales. Pour les agri-éleveurs qui cultivent du fourrage, l’ensilage leur permettrait de conserver des stocks de fourrage à toute période. Ainsi, ils pourront donner le fourrage ensilé à leurs animaux pendant la saison sèche où le fourrage frais se fait rare.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire