Projet de multiplication des plants de bananiers sains

Au mois de juin 2014, trois représentants de notre équipe ont participé à une formation financée par le Fonds de Coopération Régionale (FCR) de la Préfecture de Mayotte, portant sur la multiplication des rejets de bananiers. Notre chargé de développement rural Badroudine Ali raconte la formation, et comment ces apprentissages seront appliqués dans la zone d’intervention de Dahari.

“Plusieurs variétés de bananes se multiplient essentiellement par multiplication végétative(1), en particulier par séparation de rejets(2). Chaque rejet peut donner une plante de bananier. Les variétés de bananes plantain et de bananes à dessert sont des variétés intéressantes et s’achètent cher, surtout pendant le mois de Ramadan et les moments des vacances. Pour ces variétés la capacité à donner des rejets est généralement faible : pendant la vie du bananier (10 à 14 mois), on ne trouvera que 3 à 5 rejets. Ainsi, les possibilités d’intensification rapide de la culture sont limitées. En dehors de ce constat, les producteurs utilisent souvent un matériel de plantation contaminé par les vers comme les nématodes et les insectes comme les charançons. Il y a donc nécessité d’utiliser de nouvelles techniques pour produire en masse des rejets de bonne qualité, et en peu de temps.

C’est pour cette raison que trois représentants de notre équipe technique sont partis à Mayotte du 4 au 6 juin 2014 pour suivre une formation organisée par la chambre d’agriculture, de pêche et d’aquaculture de Mayotte dans le cadre du Projet-pilote de mise en place d’une unité de production de plants de bananiers sains, sur le site de l’exploitation pépiniériste La Flore de Mayotte, avec le financement du FCR.

L’objectif était de transférer des techniques de multiplication à des pépiniéristes privés de Mayotte et d’Anjouan pour répondre, sur les 2 territoires à la forte demande des rejets de variétés de bananiers en quantité, en régularité et en diversité, de la part des agriculteurs des deux îles. Le but de la formation était également d’échanger entre techniciens sur la production rapide des plants sains de bananiers.

photo 3

Lors de la formation ont été abordées différentes techniques de multiplication, en particulier la méthode PIF qui est au cœur de la formation car c’est ce qui va être pratiqué à Anjouan. Enrichie par cette formation, notre équipe technique Dahari forte de ces expériences est prête à relancer ses germoirs de plants de bananiers à Anjouan en partenariat avec les sites d’autres pépiniéristes de l’association Bahati Ya Walimizi du SNAC qui ont aussi suivi cette formation.

Au retour de la formation, dans un premier temps, les techniciens de Dahari ont été formés sur la technique. Ensuite, dans notre site du CRDE de Domoni, le premier germoir a été rempli et les rejets ont commencé à sortir. Sur le site d’encadrement agricole de Mpagé, le germoir est en phase de remplissage. Cette formation a permis de mettre en valeur la technique des PIF, qui permet d’exploiter la plupart des bourgeons de la plante. Un bananier qui ne donne que 3 à 5 rejets a en réalité un potentiel de plus d’une dizaine de bourgeons.

Cette technique va particulièrement participer au développement d’Anjouan, car elle aide à lutter contre les charançons, elle va permettre d’augmenter la production de bananiers, et elle peut être appliquée à d’autres variétés.”

 

1. Reproduction végétative : reproduction asexuée qui se fait à partir d’un organe végétal (tige, bourgeon ou feuille)

2. Rejet : Plante poussant à partir d’une autre par reproduction asexuée

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire