Projet de recherche sur les lémurs

Bailleurs : Margot Marsh Biodiversity Foundation, Conservation International, IUCN/SCC Primate Specialist Group

Partenaires : Omaha’s Henry Doorly Zoo and Aquarium et Madagascar Biodiversity Partnership

LE LÉMUR MONGOS

Le lémur mongos (Eulemur mongoz), vit dans les espaces forestiers de  Madagascar et des Comores, en petits groupes familiaux composés d’un couple monogame et des juvéniles qui quittent leurs parents à l’âge de 3 à 5 ans.  Chez cette espèce, la longueur de la tête et du corps est de 30 à 40 centimètres et celle de la queue est de 40 à 65 centimètres. Le poids varie de 1.1 à 1.6 kg. Cette espèce a la particularité d’être diurne ou nocturne en fonction de la saison sèche ou humide.

Le lémur mongos était classé comme espèce vulnérable en 2000. Mais suite au déclin continu de l’espèce lié à la diminution de l’étendue et de la qualité de l’habitat et au braconnage, l’espèce a été classée en danger critique sur la liste rouge de l’IUCN en 2014. De plus, E. mongoz a connu une hybridation avec E. rufus à l’ouest de la région de Betsiboka à Madagascar.

PROJET DE RECHERCHE SUR LA GENETIQUE DES LES LÉMURS MONGOS

Le projet de recherche sur les lémuriens a débuté en novembre 2014. L’objectif du projet est d’identifier les liens génétiques entre  les populations d’Eulemur mongoz  issues d’Anjouan et  de Madagascar en analysant le matériel génétique l’issu d’échantillons de fèces et de sang.

La perte d’habitat  est dramatique dans la région du Sud de la rivière Betsiboka à Madagascar. L’étude comparée des génomes des lémurs mongos de Madagascar et d’Anjouan permettra de savoir si les deux populations présentent une forte diversité génétique permettant le maintien de l’espèce. La population d’Eulemur mongoz d’Anjouan pourrait servir de réservoir génétique pour la région de Betsiboka et éviter ainsi l’extinction de l’espèce. En parallèle, le travail de terrain à Anjouan permettra de générer des informations sur la population de lémurs mongos de cette île.

MÉTHODOLOGIE DE RECHERCHE

La recherche s’organise selon une méthodologie en deux étapes :

  1. La collecte des échantillons et l’extraction de l’ADN

Les échantillons de fèces et de sang ont déjà été collectés à Madagascar : 10 à Anjahamena, 7 à Antema, 9 à Tsiombikibo, et 1 à Ankarafantsika. À Anjouan, 15 échantillons de fèces ont été collectés. L’ADN sera extrait au laboratoire de génétique du Omaha Henry Doorly’s Zoo and Aquarium.

  1. La génération et l’analyse des données

Le travail de génération des données se déroulera dans le laboratoire de génétique du Omaha Henry Doorly’s Zoo and Aquarium. Les données ADN seront comparées aux génomes d’autres primates : humains, chimpanzés, orang-outang et macaques rhésus. Le matériel génétique du lémur mongos sera analysé et les génomes et les données de séquençage  d’ADN nucléaire seront évalués pour déterminer les liens de parenté entre l’espèce et les autres membres du genre Eulemur.