Les actions collectives appuyées

L’approche de gestion des ressources naturelles de Dahari

En s’appuyant sur nos expériences de terrain et les différentes données qui sont à notre disposition, nous envisageons mettre en place une approche de gestion des ressources naturelles basée sur les points suivants :

  • Dans un premier temps, nous allons soutenir les agriculteurs qui sont autour des zones potentielles pour une gestion commune des ressources naturelles à améliorer leurs conditions de vie. Cela va se réaliser par un soutien de proximité sur les différentes activités agricoles que les agriculteurs développent dans ces zones. La finalité est de répondre à un double objectif : améliorer leurs conditions de vie et vulgariser des techniques adaptées aux problématiques d’érosion et de fertilité compatibles avec la gestion des ressources naturelles.
  • En même temps, nous identifions les zones qui font déjà l’initiative d’une gestion collective des ressources naturelles par les agriculteurs de la zone. Ceci consiste à impliquer tous les agriculteurs directement concernés par ces initiatives dans une démarche de gestion collective. Un travail de renforcement des capacités pour la mise en place des essais de système de gestion sera fait. Un travail d’apprentissage mutuel sera planifié en cours de route et des études basées sur de la recherche-action sur le fonctionnement de chaque zone seront organisées. En suite, les résultats obtenus nous permettront d’élaborer un plan d’action pour des actions à court et à long terme.
  • La gouvernance sur la gestion des ressources naturelles et la pérennisation des actions mises en place seront des éléments clés dans cette démarche. Au fur et à mesure que le processus avance, des structures de gestion seront mises en place. Dahari s’appuiera sur les premières réussites des actions mises en place pour renforcer la communication et mobiliser d’autres parties prenantes à se joindre à cette démarche. De surcroit, un travail de capitalisation des résultats de chaque village sera effectué et ainsi nous commencerons à dupliquer la même approche dans d’autres zones. Enfin un schéma global concerté de gestion de la forêt de Moya sera mis en place.

 

Premières zones identifiées

Nous avons déjà identifié trois zones prioritaires pour la gestion des ressources naturelles : les sources d’eau dans les zones de Magouni, Hamkoko et Ngnambo. Ces zones se situent dans les villages respectifs de Ouzini, Adda et Outsa. Le choix de ces zones a déjà fait l’objet de réunions entre les agriculteurs de ces zones. Suite à ces réunions, des actions pour la protection des ressources naturelles dans ces zones sont en cours d’élaboration.

 

Actions à venir

Premièrement, nous allons renforcer le diagnostic participatif dans ces zones avec les agriculteurs grâce à de nouveaux outils afin de mieux suivre les tendances évolutives des ressources naturelles. En effet nous allons engager des discussions avec des ateliers de cartographie participative pour identifier les catégories des problèmes relatifs aux ressources naturelles (tarissement des sources d’eau, baisse de fertilité, déboisement, etc.) et de débattre des solutions avec les agriculteurs.

Nous allons aussi renforcer les concertations entre les différents utilisateurs des ressources naturelles dans les villages afin de déterminer les actions prioritaires pour la gestion des ressources naturelles ainsi que le système de gouvernance.

Enfin, nous allons profiter du dynamisme de ces échanges entre les agriculteurs pour mettre en place un plan d’aménagement et de gestion de chaque zone.