Notre approche

La gestion des ressources naturelles est au centre des objectifs de Dahari étant donné que les communautés rurales ont recours aux ressources naturelles pour leurs besoins quotidiens et pour mener à bien leurs activités agricoles et économiques.

La dégradation de ces ressources est due à une intense pression anthropique : les Comores ont connu le rythme de déforestation le plus haut du monde entre 2000 et 2010

L’ONG Dahari accompagne donc les communautés avec lesquelles elle travaille pour mettre en place des systèmes de gestion participatives sur les principales ressources naturelles à savoir : l’eau, le sol et la forêt.

 

Objectif de la gestion des ressources naturelles

L’objectif de notre approche de gestion des ressources naturelles est d’accompagner les initiatives villageoises visant à gérer durablement les ressources naturelles. Notre accompagnement se fera à travers l’identification d’actions concrètes réalisables dans le court et/ou moyen terme et qui ressortent d’un dynamisme collectif existant. Nous insistons pour que les actions soient définies sans imposition de processus ou de structures qui ne seraient pas compris et/ou soutenus par les communautés.

 

Justification de l’approche

Entre 2008 et 2013 le projet Engagement Communautaire pour le Développement Durable aux Comores (ECDD) a effectué des travaux de recherche à l’échelle des communautés rurales et des tests d’initiatives collectifs plus particulièrement dans les neuf villages au tour de la forêt de Moya au sud d’Anjouan. Les résultats de ces diagnostics et essaies ont pu mettre en évidence une transformation progressive au fil des années des communautés rurales vers des communautés en perte d’organisation, qui complique toute action collective. En même temps la dégradation des ressources naturelles a aextrêmement augmenté à cause, entre autres, de l’exploitation abusive des terres, de l’absence d’alternatives à l’agriculture et d’une augmentation croissante de la population. Pour subvenir à leurs besoins quotidiens, les communautés s’engagent dans des actions produisant des résultats économiques immédiats, sans penser aux besoins des générations futures. Toutes les normes de gestion des ressources naturelles antérieures ont disparu, laissant place à des communautés avec des structures d’organisation sociale en voie de disparition et généralement en perte d’influence dans tous les domaines.