La biodiversité des Comores

En tant qu’archipel composé de petites îles volcaniques, les Comores n’abritent pas une grande diversité spécifique  car les îles ont été formées très récemment sur l’échelle géologique. Cependant, on y trouve de nombreuses espèces endémiques.

Les îles des Comores constituent une partie du ‘hotspot’ de biodiversité de Madagascar en terme de biodiversité, lequel inclut d’autres îles de l’Océan indien  (Maurice, Réunion, Rodrigues et Seychelles). Cette zone est considérée comme l’un des cinq points “les plus chauds” du monde en raison du nombre élevé d’espèces rencontrées uniquement dans cette zone et nulle part ailleurs sur la planète. Les animaux et les plantes ayant atteint ces îles ont été isolés de leur espèce et beaucoup d’entre eux ont évolué de manière indépendante pour constituer de nouvelles espèces à part entière. Cependant, leur évolution de façon isolée les a rendus très vulnérables aux modifications de leur  environnement et aux nouvelles menaces.

Aux Comores, on dénombre environ 2000 espèces de plantes. Il existe une importante ressemblance entre la flore des Comores et celle de Madagascar et de l’Afrique de l’Est. Parmi les espèces endémiques existant au Comores, on peut citer le Weinmannia comorensis, Ocotea comorensis et Saba comorensis.

On peut rencontrer également 101 espèces d’oiseaux dont 56 espèces endémiques. Chaque île a ses spécificités pour les oiseaux endémiques à savoir: 19 à Anjouan, 27 à la Grande Comore et 22 à Mohéli,  dont plusieurs sont considérées comme menacées. A titre d’exemple frappant, nous pouvons citer les petits ducs dont chaque île abrite une espèce spécifique : le petit duc du Karthala (Otus pauliani) endémique de l’île de Grande Comore, le petit duc de Mohéli (Otus moheliensis) et le petit duc d’Anjouan (Otus capnodes) qui sont à présent classés comme étant en Danger Critique sur la liste rouge de l’IUCN des espèces menacées.

Les îles comoriennes abritent aussi une riche diversité et densité de reptiles tels que les geckos, caméléon, serpents et  scinques. Les trois îles abritent 24 espèces de reptiles dont 10 endémiques.  Deux des plus connus sont le St. Johann’s tree snake (Lycodryas sanctijohannis), qui est classifié comme ‘’presque menacé’, et le Comoro ground gecko (Paroedura sanctijohannis) qui est considéré comme ‘Menacé’ selon l’IUCN.

On recense également 62 espèces de papillons dont 14 espèces endémiques et 21 sous espèces endémiques. Au niveau d’Anjouan, on dénombre 40 espèces de papillons dont 16 sont endémiques et sous endémiques. Plusieurs espèces de papillons des Comores sont menacées; la plus remarquable est le papillon grande queue aussi  connu comme Pseudacrea lucretia comorana.

Autres activités de conservation