Roussette de Livingstone : Conservation

La Roussette de Livingstone est la priorité en termes de conservation pour Dahari ; les études écologiques menées par le Projet ECDD ont montré que de nombreux dortoirs d’Anjouan ont disparu pendant ces dix dernières années, et que la plupart des dortoirs restants sont menacés par des glissements de terrain, par le déboisement, et par l’expansion des terres agricoles. Dahari a participé à la révision du statut de l’espèce pour la liste rouge de l’UICN, qui recommande que l’espèce soit listée « en danger critique » (CR) au lieu de « en danger » (EN). Dahari priorise trois éléments dans son programme de conservation de la Roussette de Livingstone :

  1. La protection des sites-dortoirs. Grâce au suivi historique mené sur la population de la Roussette organisé par l’ONG Action Comores et ses partenaires, nous savons que les Roussettes sont fidèles à leurs dortoirs, dont la sauvegarde est très importante pour leur conservation. Ces dortoirs se situent dans des sites forestiers à des altitudes supérieures à 500 mètres à Anjouan et à 200 mètres à Mohéli. Pour protéger ces sites, Dahari est en train d’élaborer un projet basé sur le système de paiement pour services écosystémiques, dans le but de convaincre les propriétaires terriens au voisinage des sites-dortoirs de favoriser  des pratiques agricoles compatibles avec la protection des dortoirs, et compenser les agriculteurs pour les revenus perdus. Le travail de terrain commence en septembre 2015 avec comme principaux objectifs :
    • Finaliser la recherche sur le foncier, l’usage des terres, ainsi que  les revenus et bénéfices associés aux parcelles situées autour de trois sites-dortoirs pilotes.
    • Identifier des zones pour replanter des arbres et adopter une gestion de l’occupation du sol moins intensive afin de réduire les risques de glissement de terrain et de perturbation humaine au niveau des sites dortoirs.
    • Organiser des réunions participatives avec les propriétaires terriens et les comités villageois pour identifier les rôles, les objectifs, le suivi-évaluation, les sanctions et le partage des bénéfices.
  2. Un suivi régulier de la taille de population des roussettes de Livingstone et de l’état des sites-dortoirs., Dahari mène un suivi biannuel (en saison sèche et saison de pluies) de la population au niveau de chaque site-dortoir. Les techniciens comptent les roussettes présentes dans chaque site-dortoir et évaluent les changements en termes d’habitat autour de ces sites. Ceci est primordial  pour permettre l’évaluation des tendances de la population et de son habitat et donc pour déterminer le niveau de menace de l’espèce.
  3. Un programme de recherche pour mieux identifier les besoins en termes de conservation. Peu d’informations sont disponibles quant aux besoins alimentaires de la roussette de Livingstone, notamment à propos des espèces d’arbres favorisées selon la région et des zones d’alimentation. Combler ces lacunes permettra d’identifier les actions de conservation nécessaire en dehors des sites-dortoirs et notamment le choix de zones forestières à prioriser en terme de conservation et de reboisement. En partenariat avec des universitaires basés en Angleterre, Dahari est en cours d’élaboration d’une proposition d’un projet de recherche basé sur des analyses génétiques des fèces de cette espèce. Ce projet se penchera également sur le taux de migration entre les dortoirs.

Autres activités de conservation